Bleu, blanc, rouge !

Je ne sais pas si vous accordez beaucoup d’importance au 14 juillet, à notre fête nationale ?

Moi, je fais partie des zinzins qui adorent ce jour.

d

 

Pas uniquement parce que c’est férié et qu’on peut aller au bal des pompiers, non, je sais que ce sont déjà de bons arguments mais ce ne sont pas les miens.

Désolée.

J’ai grandi en passant la majorité de mes 14 juillet en Corse.

Je sais, cela peut faire sourire car ce n’est pas forcément la zone la plus patriotique pour mettre à l’honneur la France.

Néanmoins, avec ma frimousse de gamine, ma glace à la main, mes petons dans le sable, mes rétines écarquillées jubilaient, j’avais le droit chaque année à mon feu d’artifice au bord de mer. J’en garde des artifices scintillants, tendres et lumineux dans le coeur.

En grandissant, les lieux ont varié jusqu’à se stabiliser à Paris.

J’ai redécouvert le défilé sur les Champs Elysés, les avions de chasse qui colorent le ciel en bleu, blanc, rouge… Et le feu d’artifice sur le Champ de Mars qui habille notre bonne vieille dame de fer.

t

Je suis devenue le genre de personne, fière de son pays, larmichette à l’oeil, criant haut et fort :  » liberté, égalité, fraternité ! Vive la France ! » . Oui, ça sonne très old school

Mais que voulez-vous ? J’adore l’idée d’avoir un jour de fiesta pour son pays et être patriote.

Ce qui est un peu triste, c’est que les rares fois où j’ai pu exprimer mon patriotisme en expliquant comment j’aimais notre fête nationale, défilé militaire, drapeaux et feux d’artifice, certains m’ont rit au nez.

Certains m’ont dit sarcastiquement : « Pfffff, la France ? Pas de quoi être si fier(e) et s’extasier autant durant une journée entière ! »

J’ai été un peu piquée au vif sur le moment. Ok, notre pays a ses failles mais je ne vois pas où est le mal à être fier de sa nation et de son Histoire ?

Surtout quand j’ai pu voir comment les américains sont fiers de célébrer leur 4th of July !

Mais le pire reste à venir… Certains m’ont accordé des pensées qui ne sont pas les miennes.

Parce que j’étais sans doute un poil trop patriote, j’ai du répondre à des accusations comme quoi, j’étais peut-être un peu extrême droite, tendance Marine si vous voyez ce que je veux dire.

Mon coeur s’est soulevé et j’ai trouvé ça bien triste de se faire cataloguer de la sorte parce que l’on aime sa fête nationale.

Surtout que pour moi, ce genre de personnes, d’extrême droite, n’aime justement pas la France. Du moins, pas notre France, la France vivante d’aujourd’hui. Ils aiment une vieille image de la France qui n’existe plus, qui est poussiéreuse et ne saurait rien promettre de positif pour l’avenir.

F-Haine-ou-FN

Quand j’ai appris que le cortège sur les Champs Elysées avait été sifflé par quelques illuminés, un onde glacée m’a traversé des pieds à la tête.

Au secours.

Il n’y a donc pas de respect ?  Sans parler de politique, ne peut-on pas simplement célébrer un jour en l’honneur de notre pays de liberté, d’égalité et de fraternité sans l’entacher ?

De plus, j’ai lu que certaines polémiques jaillissaient quant à la présence de soldats étrangers lors des défilés, notamment des soldats algériens

Notre Histoire avec l’Algérie n’est pas simple mais après un demi-siècle, il me paraît assez juste de dire que nos deux pays avancent ensemble sans se demander encore qui a été le plus sanguinolent lors de la guerre de l’Indépendance de l’Algérie en 1962.

Et à ceux qui ont pu dire que ces soldats algériens n’avaient aucune légitimité, je dirais juste ceci : en 1914, nous étions bien contents de compter 173 000 Algériens dans nos rangs et de laisser 23 000 d’entre eux périr pour la liberté de notre si beau pays.

Bref, je n’ajouterais aucun commentaire tant ces questionnements obsolètes me donnent la nausée.

En bonne petite française naïve, expatriée et patriotique, je me suis rendue ce 14 juillet à mon ambassadeMonsieur l’ambassadeur invitait tout français à faire la teuf.

Tenue correcte sur le dos, une trotte pour rallier le métro le plus proche à l’ambassade, j’ai pu me délecter d’être presque sur le « territoire français » pour quelques heures.

Des petits fours, pains, fromages, charcuterie, macarons et autres délices de notre cuisine tricolore, j’ai également pu boire du vin bien de chez nous.

fête nationale

Entendre du français dans tous les coins (entraînant de sacrés bugs cérébraux), danser sur de la musique bien française, tant de petites choses qui réchauffent le coeur d’une expatriée au bout de plusieurs mois en totale immersion dans une autre culture.

Bien sûr, cet article ne signifie pas que chaque français devrait être fier et célébrer cette fête nationale, on est bien dans un pays de libertés, libre à chacun. Simplement, personne ne devrait dénigrer et salir ce jour ? Si ce n’est pas trop demander…

Bref, moi, j’ai kiffé, j’ai beau toujours adoré les States, ce break français m’a revigoré.

Je n’ai presque pas trop regretté ma capitale et maTour Eiffel s’illuminant de toutes les couleurs de l’arc en ciel, c’est dire !

Pas de doute, je suis bel et bien une frenchie, le coeur 100% bleu, blanc, rouge.

Cocorico !

c

See you, you french guys !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *