Ce lien si particulier

Cela fait un moment que je voulais écrire un article sur la relation du thérapeute avec son patient et  » les manières de bien la gérer  » mais à chaque fois, je me disais que j’allais manquer de matière.

Et désormais c’est sûr : non, je ne vais pas sécher sur ce sujet. Cela fait presque 3 ans que je suis ergothérapeute et je commence à être  vraiment à l’aise dans mon domaine (la rééducation en neurologie), dans ma structure (une petite clinique), dans mon service (de 4 ergos) et avec mes patients.

Non pas qu’avant je me sois sentie larguée ou à la ramasse. Simplement maintenant, je sais que « j’ai le niveau » et que je ne suis pas mauvaise dans mon métier et ma spécialité. Sans vantardise ou prétention.

Sans parler des connaissances et d’expérience pratique qui sont forcément plus affirmées qu’à mes débuts, je pense être également plus à l’aise dans la relation thérapeutique.

7liyay0k

 

Initialement, je suis quelqu’un de pudique, de timide. Bien sûr, en vieillissant, je m’ouvre aux autres et je ne pique plus un fard dès qu’il s’agit de parler à un(e) inconnu(e).

A mes débuts, j’avais peur de ne pas bien doser la relation avec mes patients : être trop ou pas assez, ne pas construire un échange satisfaisant et cadrant pour mon interlocuteur.

Mais il y a une chose que j’appliquais déjà quand j’étais une toute jeune diplômée et qui est la clé, à mon sens, pour évoluer et partir du bon pied : savoir se remettre en question. Etre en questionnement, se demander si on ne se foire pas, si on est dans la bonne mesure avec l’autre. C’est le meilleur garde fou.

Ainsi, je m’interrogeais à longueurs de journées :  » est-ce que j’ai bien fait de parler de ça à Monsieur truc ?  » ,  » aurais-je du raconter ceci à Madame Machin ? « ,  » ai-je été suffisamment à l’écoute ? « ,  » est-ce que j’ai loupé un truc ? « ,…

Outre les connaissances, je sais maintenant que c’est ça, le principal truc, qui m’a fait progresser et évoluer. Etre réceptive aux signaux de mes patients pour doser la relation et me remettre en question.

red white puzzle

Ce qui fait de moi l’ergothérapeute que je suis devenue, c’est ma capacité à construire ces relations thérapeutiques avec mes patients, à consolider ce lien si particulier.

La base. L’incontournable.

Et après, on peut parler des bouquins de théorie et du renforcement des connaissances pratiques. Après seulement :) 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.