15 ans encore et Linkin Park à fond dans les oreilles

Pas trop la peine de l’écrire à nouveau mais je ne peux pas m’en empêcher pour introduire cet article : je savoure tous ces moments que l’existence me réserve et je mesure la chance que j’ai.

Oui car il y a quelques jours, j’ai vu Linkin Park en concert ainsi que Thirty seconds to mars.

J’ai bien conscience que certains d’entre vous n’en ont tristement rien à faire et même que d’autres ne connaissent certainement pas ou très peu ces groupes.

Cri de détresse !

Pour que vous vous figuriez le tableau : Linkin Park est le groupe que j’ai commencé à écouter religieusement à mes 14 ans.

A fond dans ma chambre d’adolescente, je remuais ma tête sur Hybrid Theory en hurlant  du yaourt proche des paroles originales en anglais.

Une mèche dans la tronche, je soupirais quand mes parents me demandaient de baisser « ce vacarme ».

J’ai suivi ce groupe en grandissant, des posters à leur effigie m’entourant. J’ai écouté et collectionné tous leurs albums.

J’ai même eu l’illusion pendant quelques semaines que je les verrais en concert quand j’ai eu 15 ans.

Une amie m’avait offert des places de concerts pour aller les voir car, ô saint graal, Linkin Park passait jouer à Bercy pendant l’été 2003 à Paris !

Malheureusement, peu de temps avant, Chester, le chanteur du groupe, a été hospitalisé (pour son dos, si mes souvenirs sont exacts… Quand je vous dis que j’étais une groupie)… Et le concert de Paris a été reporté en septembre.

Le problème était qu’à cette date en 2003, je m’apprêtais à partir à la Réunion pour m’installer là-bas avec ma famille.

Toutes les larmes de mon corps et mes crises de « teenager » n’ont rien changé : j’ai du revendre tristement mes places et n’ai pas pu m’époumoner avec mes idoles en live.

Y en a qui font 10 ans de psychanalyse pour moins que ça, lol !

Bref…

Il y a quelques mois, Sina, l’une de mes potes allemandes m’a interpelé en me demandant si j’aimais Linkin Park.

Je vous laisse imaginer le rire d’hystérique et la réponse de dinde prépubère :  » Est-ce que j’aime Linkin Park ??? Tu plaisantes ?! Est-ce que je les aime ? Non mais la question !!! Mais attends, oui, je les aime ! ! ! C’est même pire que ça ! J’ai grandi avec eux !!! »

Oui, oui, je sais, je suis toujours aussi insupportable, ça ne s’arrange pas.

Mais alors pas du tout !

Devant mon excitation notoire, Sina m’a juste demandé si je voulais aller les voir en concert en Août.

Quand j’ai eu fini de crier « YEEEES », elle m’a expliqué qu’elle avait 3 places mais qu‘elle ne voulait y aller qu’avec de vrais fans.

J’ai encore sauté de joie en réalisant qu’en plus de voir enfin ce super groupe, j’étais bel et bien invitée !

Avec tout cet étalage d’excitation de folie , tu m’étonnes que j’ai convaincu Sina !

Bref, le 13 août est arrivé, mon coeur d’adolescente battait la chamade et nous sommes enfin arrivées avec Rica et Sina au Jiffy Lube de Bristow.

 > 1er constat assez « marrant » : le panneau avant le checking où on te rappelle que les armes à feu et couteaux sont prohibés à l’intérieur. Fou rire pour moi sous le regard interrogateur du gars qui me suivait dans la file et qui ne percevait visiblement pas ce qui pouvait bien faire rire (jaune) une européenne.

> 2ème constat : l’endroit était un immense complexe ouvert, semi-couvert pour la partie avec strapontins.

1540474_563510163754967_3533979838782161395_oEt aux US, tu as donc la catégorie fosse qui est chère, la catégorie strapontins qui n’est également pas donnée et pour les plus économes ( ou fauchés, tout dépend de l’interprétation ), il y a la catégorie tout au fond sur la pelouse.

Bien sûr, c’est là que nous étions. Et j’ai donc fini par comprendre pourquoi beaucoup de spectateurs se trimballaient avec des chaises de camping, couvertures et autres matériels champêtres.

10496231_563510117088305_4761348564837242911_o

Les gens de la catégorie pelouse ( oui, c’est plus classe que « catégorie pauvre » ) s’installent donc comme s’ils allaient dormir sur place.

Ils s’organisent une sorte de pique-nique et avec nos simples jeans, baskets et nos seuls visages souriants, on a du passer pour les plus pauvres des pauvres ( « attends les meufs, elles ont même pas de blanket ! » ).

10462420_563510150421635_4508963603312685741_n

> 3ème constat : les américains ne tiennent vraiment pas en place. Les gens autour de nous n’ont pas cessé d’aller se ravitailler en bouffe, breuvages, de changer de places ou d’aller aux toilettes.

Bref, nous, on s’en foutait complètement, on ne comptait pas bouger d’un milimètre, on était très très contentes et quand Thirty seconds to Mars s’est pointé, on était ultra motivées.

Je ne vais pas vous mentir, je ne connaissais pas très bien ce groupe, j’avais déjà écouté certaines chansons et comme beaucoup de filles, je savais que Jared Leto en était le chanteur (sexy).

Ce que j’ai découvert est que ce groupe est vraiment très bon et qu’en live, ils gèrent.

Jared Leto est très très charismatique et bien qu’ayant des cheveux longs et n’étant pas trop mon genre ( je ne peux pas m’empêcher de rire tant c’est prétentieux d’écrire cela ! ), il dégage un sex appeal qui a fait nettement grimper le taux d’hormones ce soir-là.

Autant dire que quand Linkin Park a démarré, on était prêtes à 2000 % !

Ils ont absolument enflammé l’endroit ( 4ème constat : le show à l’américaine n’est absolument pas un mythe ! ) et j’ai sauté comme une crêpe à la chandeleur (oui, c’est la seule image qui m’est venue) !

10497077_563510190421631_8769825835695904547_o

J’ai hurlé (oups « chanté ») avec Chester et crié mon admiration sans retenue.

Quelques extraits pour vous, juste pour dire que je partage un peu :

With you One step closer / Numb the finale masquerade In the end / Lying from you 

Ils ont tout fait de Hybrid Theory à The Hunting party en passant par Meteora, Minutes to Midnight, A Thousand Suns, Living Things.

Je me suis rappelée pourquoi j’avais tant accroché à leur musique, c’est décidément un savant mélange de rock, hip hop et rap.

Une musique de d’jeuns quoi !

Enfin, voilà, j’avais 15 ans à nouveau.

J’ai perdu ma voix en retrouvant les emblèmes vivants de mon adolescence.

Je ne crois pas forcément au destin mais j’aime à penser que je devais les voir au moins une fois en live.

Que cela devait arriver. Même si cela m’a pris 11 ans !

But in the end it doesn’t even matter

Merci la vie donc, merci mes idoles !

Linkin Park in live : check !

See you, you French guys !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.