Mon pot de départ ou les larmes de crocodile

Voilà, il est arrivé ce jour, ce vendredi 17 janvier, dernier jour dans mon petit service d’ergo, dans mon premier poste d’ergo.

C’est bien ma gorge qui est toute serrée et mon cœur qui, fébrile, bat nostalgiquement dans ma poitrine. C’est étrange d’être si contente et si triste en même temps.

Pas évident, même quand l’envie est là, de partir et de laisser ce qui, ceux qui, nous ont tellement apporté professionnellement et personnellement.

Ce matin quand je suis arrivée dans mon service, j’étais déjà toute remuée de savoir que c’était mon dernier jour au sein de ces murs si familiers.

Toute la semaine, j’ai vidé mon armoire, mis tous mes dossiers à jours, laissé des transmissions interminables, mis tous mes codes d’actes à jour, préparé mes patients au changement dans leur routine de rééducation. Je suis décidément nulle dans le lâcher prise, j’ai tout orchestré, souhaité mille fois ne rien oublier.

Et pourtant j’ai certainement omis des choses. J’avais besoin d’une course effrénée jusqu’au bout comme pour mieux supporter de partir pour de bon.

Ce matin, je savais que mes collègues m’avaient préparé un truc mais quoi… Suspens.

Mes collègues m’ont donc déguisé en Ronald Mc Donald revisité (perruque en pétard, palmes jaunes aux pieds. Une fois cette accoutrement disposé, j’ai eu le droit à une mise en situation cuisine jusqu’à 12h. Je devais cuisiner des hamburgers (une douzaine) et des cookies. Je me suis démenée aux fourneaux, le tout avec des poids aux poignets et chevilles… Sinon c’est pas drôle !

Mes collègues orthophonistes sont venues me faire un coucou et me « bilanter » à l’aide de petits tests-exercices en rapport avec les USA… Moment trop marrant et pas si évident que ça (faudrait remuscler un peu le cerveau).

Est arrivée la pause du midi, nous avons cassé la croûte tous ensemble. J’ai adoré ce moment privilégié avec toute l’équipe. D’ailleurs je n’ai pas résisté, je leur avais concocté un petits discours. Beaucoup de rires, d’émotions, des cadeaux, quelques larmes…

L’après-midi, ce n’était pas fini. J’étais convoquée dans toutes les salles de kinésithérapie à des heures fixes.

Première étape : les kinés du 3ème m’enroulent dans du Sopalin.

Deuxième étape : les kinés du 1er m’encartonnent dans un carton décoré comme une Maison Blanche avec Obama et tout et tout. Et puis une petite danse country ;)

Troisième étape : les kinés du 2ème m’équipent de draps puis d’un chapeau, d’une bougie et d’un livre. Je suis statufiée : « I am the new Statue of Liberty ».

Quatrième étape : les kinés du 4ème me posent des questions sur la culture américaine et me peignent les joues avec un drapeau français et un drapeau américain.

P1090645

Cinquième étape : Direction l’hôpital de jour où un test d’anglais m’attend. Pas facile, oh gosh, I really have to improve my english !

Puis je suis retournée dans mon service, j’ai rigolé avec mes collègues ergos, je me suis démaquillée, dé-déguisée et j’ai été dire au revoir à mes patients. Ils ont pleuré en majorité et je n’étais pas bien vaillante.

Dernier petit verre en ergo avec mes collègues. Ils ont fini par partir. Mon armoire et mon casier sont vides.

Alors avant de partir pour de bon, je leur prépare une petite blague. A mon tour.

J’ai mélangé la majorité des pions (de jeux) que nous avons dans les armoires dans des bassines. J’y ai planqué des chocolats, bonbons et autre… Et j’ai empilé les boîtes dessus.

Niark niark niark

« Vengeance » :D

Enfin voilà, j’ai arrêté de travailler en tant qu’ergo.

A moi les USA maintenant…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.