A la recherche d’une hostfamily part-2

Les recherches se poursuivent, ma vidéo est en ligne. J’espère que la french touch va charmer…

J’ai d’ores et déjà eu des contacts plus poussés avec une famille à Seattle (deux filles de 3 et 5 ans )et franchement, j’y ai presque cru ! Les parents ont tous les deux vécu à l’étranger, ils m’ont paru ouverts d’esprit et sympas. Le planning semblait correct.

Mais…Première zone d’ombre : la cadette de la famille a visiblement un caractère difficile (aux dires mêmes de ses parents !) et j’avoue que cela m’a mis le doute et un peu refroidi.

Et deuxièmement, la chambre de la jeune fille au pair est assez petite et il n’y a qu’une seule salle de bain pour tout le monde. La jeune fille au pair est d’ailleurs priée de ne pas l’utiliser le matin. Vous me direz, un détail en soi. C’est ce que je me suis dit tout d’abord et après réflexion, je me suis souvenue qu’il s’agissait de vivre dans cette maison UNE année entière et je l’admets, j’ai besoin de mon petit confort. Hein, tant qu’à faire.

Bref, vous l’aurez compris, Seattle, ce n’est pas gagné pour cette fois… Moi j’étais déjà partie loin, je me voyais devant le Seattle Grace Hospital comme en plein épisode de Grey’s Anatomy.

Oui, j’ai rêvé. Flûte.

524510_10151116753234014_270714083_n

PS : Ah et quand même pour prouver qu’il y a de tout dans les jeunes filles au pair mais dans les hostfamily AUSSI : j’ai été contacté par une famille à New York (plus précisément au bout de Long Island, à 2h30 de New York). Une famille avec une fille de 12 ans et un fils de 6 ans, la fille diagnostiquée avec des troubles de l’humeur, le garçon avec un retard d’apprentissage et des phobies (style, il faut lui tenir la main en continu dès qu’il est dehors). Je sais que je suis ergothérapeute mais quand même ! Bref, ça, plus les horaires assez barbares ( pas un jour du week-end libre). Et touche finale : la maman avec les cheveux ROUGE punk. Alors oui, je me concentre peut-être un peu trop sur les apparences et j’en rajoute et je ne laisse pas la chance à certaines familles et blablabla. Oui.

Vous conviendrez tout de même… Faut pas pousser non plus, hein ? 

1 commentaire sur « A la recherche d’une hostfamily part-2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.