Soldats de plomb, soldats de verre

On n’est préparé à rien dans l’existence, toi qui me lis, moi qui agglutine ces mots bêtes.

On subit en réalité, on s’adapte, on manage avec ce qui se présente à nous. Bien sûr, nous avons une marge de manœuvre, nous avons le choix mais si quelque chose doit chambouler votre vie, dévaster votre quotidien tranquille, réglé comme du papier à musique, cela arrivera.

Que vous soyez prêt ou pas.

Ma vie est simple, même stupide. Mon réveil sonne  à 7h15 tous les matins, puis une deuxième fois, une troisième fois souvent. Et j’émerge toujours avec une tête d’homme des cavernes, pas du matin, fâchée d’avoir du ouvrir les yeux et en manque affiché de caféine.

Tous les jours après avoir zonée devant mon café, préparé un Thermos de thé pour le boulot et m’être speedée dans la salle de bain, je pars en courant de chez moi à 8h40 dernier délai, déjà ric rac niveau timing.

J’escalade la longue rue qui mène au boulot, je badge, j’enfile ma blouse et je commence ma journée d’ergothérapeute.

Je fais ce que j’aime, entourée de collègues que j’apprécie pour la plupart (quoi, ne me dites pas que vous appréciez systématiquement tout le monde dans votre entourage professionnel ?).

J’accompagne mes patients, je les aide à se rééduquer, se réadapter. J’utilise mes petites compétences, en étant juste moi, avec mes qualités, mes défauts, point.

Je positive au boulot comme dans la vie en général, je cherche à mettre en lumière quand la vie semble toujours plus assombrir le tableau. Je ne suis pas Superman, ni Superwoman, encore moins Mère Thérèsa mais j’ai envie d’y croire, de donner de ma personne.

Et puis, des fois, il  y a des choses qui dégringolent quand tout va bien et que tu penses être chanceuse, naïvement installée dans un quotidien gentillet.

Des fois, les personnes les plus importantes ne sont pas épargnées. Ces piliers sont submergés par des forces obscures, attaqués dans leurs chaires et ne peuvent plus que subir la situation.

Il faut alors être là pour ceux qui n’ont jamais failli, les plus forts qui se retrouvent fragilisés en un claquement de seconde. Etre stupidement présents mais ne pouvoir rien faire d’autre que cela.

Faire office de première ligne face à un ennemi qui nous dépasse et n’est pas à notre portée.

Il faut tout de même partir en guerre, vaillamment, petits soldats de plomb pas préparés aux terrains minés. La fleur au fusil, le coeur déjà émietté, petits soldats de verre, pas calibrés pour la carrière militaire.

Je me suis mise en mode automatique, en mode survie, j’ai laissé mes craintes, ma colère, mes larmes de gamine verrouillées dans le creux de mon ventre. Pour ne pas faillir alors que mon monde semblait vouloir s’écrouler.

Et puis, finalement, on a eu tellement de chance, les nuages se sont éloignés tout seuls.

On redoutait un cataclysme, une tempête foudroyante, on a eu une sacrée averse, des vents violents mais nous sommes tous restés là, debout.

Des fois, on devrait jouer au loto.

Comme j’ai eu peur.

Maman n’est partie nulle part. Elle reste bien avec nous. Quelqu’un, quelque chose l’a protégé.

Et encore une fois, je remercie l’existence, ce-je-ne-sais-quoi qui nous terrifie, nous rappelle que la vie et ces êtres singuliers sont si précieux, indispensables mais si délicats aussi et fragiles.

Et nous les laisse pour profiter, encore, longtemps.

Si toi, vous, qui me lisez, vous traversez une épreuve, que vous êtes ou quelqu’un de votre entourage est ébranlé dans son propre corps, affecté par la maladie, qu’un ouragan intérieur s’abat sur votre destinée, je suis de tout coeur avec vous.

Je pense à vous, petits soldats de verre peut-être mais tellement courageux.

3 commentaires sur « Soldats de plomb, soldats de verre »

  • Coucou Alex,

    Ton texte est d’une beauté foudroyante. Il m’a complètement captivée.
    Je te souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve difficile, ainsi que tout mon soutien.

    Sois forte.

    Cassie

    • Merci Cassie, ton commentaire est délicat et réconfortant. Merci pour ton soutien exprimé spontanément, ça me touche. :)

  • Je t’en prie, c’est la moindre des choses, j’espère sincèrement que tu vas mieux, en tout cas je te le souhaites, pensées pour toi,

    Bonne journée ,

    Cassie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.